Touringers.org, le forum des amateurs de touring en véhicules anciens et de collection
facebook Touringerspinterest Touringersinstagram Touringerstwitter Touringersgoogle+ Touringers

Le corps est le véhicule de l'âme.

Pour tout véhicule antérieur à aujourd'hui
  • Sujet 2
  • Sujet 1
  • Appel
  • 1
  • 2
  • 3
  • Savoir
  • Communication
  • 1
  • 2

Rosso Corsa, déconstruction d'un mythe

  • indienestmonnom
  • Portrait de indienestmonnom Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Moderateur
  • Moderateur
Plus d'informations
05 Fév 2018 16:05 - 08 Fév 2018 09:46 #3922 par indienestmonnom
indienestmonnom a créé le sujet : Rosso Corsa, déconstruction d'un mythe
Si on sait tous que la couleur rouge des bolides italiens vient du règlement de la FIA dans les années 20, qui attribua à chaque nation engagée dans une course automobile une couleur d’écurie (bleu pour la France, blanc pour l’Allemagne, vert pour les anglais), on sait moins pourquoi le rouge a été attribué à L’Italie. Et on lira malheureusement souvent ici ou l'histoire suivante, pas tout à fait authentique en définitive...

Véritable première course des « Fous du volant », le rallye Pékin-Paris de 1907 reste l’un des évènements fondateurs de l’esprit des grands raids automobiles. Il est largement documenté sur le web pour son côté précurseur, épique et sensationnel (16000 kms en 44 jours pour le vainqueur), car l’arrivée des concurrents à Paris connut un sucés phénoménal, même si 5 équipages seulement participaient à la course.

Parmi ceux-ci, deux voitures se distinguèrent. Une Itala de 40cv et une Spyker de 25cv.

Malgré une évidente résistance aux pires conditions, la Spyker ne connut qu’une seule petite panne au cours du raid. Son pilote, Charles Godard était accompagné du journaliste Jean du Taillis, du quotidien « Le Matin » qui lança la course en janvier 1907. Ils firent à plusieurs reprises des remontées spectaculaires dans le classement et démontrèrent pendant tout le trajet une solidarité sans faille avec les deux Dion-Bouton de l’équipe d’usine. Mais Godart, qui n’avait déjà pas le sou au départ de Pékin, qui n’avait pas non plus de mécanicien, et qui n’était même pas propriétaire de sa voiture, fut arrêté avant la ligne d’arrivée, pour des faits d'escroquerie financière. C’est un chauffeur, envoyé par le fabriquant néerlandais de l’auto, qui termina la course à sa place.

Avec 20 jours d’avance, Scipione Borghese, prince de Sulmona, homme politique siégeant au Parti radical et à l'Extrême Gauche Historique, par ailleurs propriétaire de onze automobiles, franchit la ligne d’arrivée avec son mécanicien Ettore Buzzardi et le journaliste Luigi Barzini. Pendant ce long voyage, le numéro d’époque du « Figaro » précise que le prince a perdu 6 kilos, son chauffeur 7 et Barzini 12 kilos.

La couleur de l’Itala ? Rouge coquelicot. Et depuis le 10 août 1907, tous les Coupé sport italien sont livrés dans cette teinte.

Sauf qu’il y a de forts doutes qu’elle ait été rouge en réalité.

Les deux exemplaires que l’on a coutume de voir, dont aucun n'est à priori celui du prince, sont un modèle gris et un autre rouge. Ils portent tous deux les inscriptions « Pechino Parigi » que l’Itala arbora épisodiquement durant le rallye. Le premier (conservé puis restauré en 1987) est exposé au musée national automobile de Turin en Italie. Le second a été intégralement restauré à partir de 2005 par David Hayre. A l’occasion du centenaire de la course, les deux autos ont fait la route entre Paris et Pékin en 2007. Avec succès. Chacune dans un sens ! La rouge participait à la nouvelle édition du rallye organisé par Philip Young de l’Association Endurance Rallye, tandis que la grise partait de Turin dans une expédition montée par Overland, et qui fit l’objet d’un documentaire spécial de la RAI.

L’observation des photos d’époques, bien qu’en noir et blanc, écarte à priori l’emploi du rouge comme teinte de carrosserie. On y voit clairement une tonalité claire et le lettrage noir des inscriptions ne correspond pas au contraste habituel avec le blanc sur fond rouge. De plus, les illustrations publicitaires en couleurs de cette période, qui reprennent l’évènement comme supports de communication, affichent quasiment toutes un véhicule gris.

On conviendra alors que la légende communément admise du « rosso corsa » comme couleur officielle des équipes italiennes ne correspond pas exactement aux faits. Mais ce qui est vrai, c’est que l’Itala 100HP Grand Prix, qui remporta la Coppa Florio en 1905 et la première Targa Florio en 1906, était bien rouge coquelicot ! Ceci dit, les Fiat et les Lancia de ces mêmes années étaient déjà rouges, elles aussi…

Le prince Scipione Borghese & son mécanicien Ettore Guizzardi :


L'Itala de david Hayre :

Crédit photo : David Hayre

L'exemplaire du musée de Turin :

Crédit photo : Just a car guy

L'Itala 100HP 1905 :

Crédit photo : italiantribune

Le documentaire d'Overland, avec l'exemplaire de Turin :


L'Itala de david Hayre croque une Bentley durant le rallye :


Banque photographique très complète :
hiveminer.com/Tags/1907%2Cpekinparis

L'histoire du rallye en français :
www.weinberg.lu/paris-pekin-2007-2008-16...pekin-paris-de-1907/
fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9kin-Paris

Autres sources :
it.wikipedia.org/wiki/Raid_Pechino-Parigi
www.thevrl.com/profiles/blogs/itala-40hp-1907
www.overland.org/spedizioni/overland-11.html
www.wikiwand.com/it/Itala_(azienda)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.