Touringers.org, le forum des amateurs de touring en véhicules anciens et de collection
facebook Touringerspinterest Touringersinstagram Touringerstwitter Touringersgoogle+ Touringers

On voyage pour changer non de lieu, mais d'idées.

Pour tout véhicule antérieur à aujourd'hui
  • Appel
  • Sujet 2
  • Sujet 1
  • 1
  • 2
  • 3
  • Savoir
  • Communication
  • 1
  • 2

Eleanor, mi amor

  • indienestmonnom
  • Portrait de indienestmonnom Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Moderateur
  • Moderateur
Plus d'informations
29 Sep 2017 13:52 - 16 Oct 2019 03:34 #3205 par indienestmonnom
indienestmonnom a créé le sujet : Eleanor, mi amor


Culte et pulp à la fois, un scénario frappé au débosseleur, des centaines de bagnoles et des cabrioles par centaines, de la casse en cascades, des conditions de tournage ahurissantes, un producteur-réalisateur-acteur ET cascadeur, comme tous les autres copains qui participent au film, mais surtout : Eleanor ! Attention, pas la Shelby Mustang GT500 élaborée à partir de 1995 par Chip Foose sur base Fastback 1967, non, la vraie, la première, la seule, la Ford Mustang Mach 1 1973, dont le prénom figure en tête de la liste du générique de "gone in 60 seconds", sorti en 1974…

En vérité, ce n’était pas une Mach 1 de 73, mais une des dernières Fastback de 1971, avant l’arrivée des Mustang II. La voiture avait été dépouillé de tous ces éléments de carrosserie et des arceaux de sécurité utilisés pour les compétitions de NASCAR avaient été montés dans l’habitacle. Un harnais spécifique et une caméra Arriflex 35mm complétaient l’intérieur. La transmission était enchaînée sur la structure de l’auto, des plaques d'acier de 8cm d'épaisseur installées sous le châssis protégeaient le train de roulement, les freins arrière étaient équipés d’un système de verrouillage individuel, et le moteur était un 351 Cleveland spécialement préparé par Halicki. Pour finir, la couleur de la nouvelle carrosserie n’était pas référencée au catalogue Ford : c’est le jaune traditionnel des bus d’école qui avait été choisi.

Mais si Eleanor est unique, ce n’est pas à cause de sa préparation ou de sa teinte. C’est parce qu’elle joue son propre rôle, sans doublure, pendant 40 minutes d’une poursuite d’anthologie, filmée à l’arrache avec de vrais accidents non prévus, et souvent sans avoir prévenu le public au milieu duquel un nombre total de 93 voitures ont été fracassées ! Ce n’est pas pour rien que H.B. Halicki est surnommé le Car Crash King…

« Toby » Henry Blight Halicki est né le 18 octobre 1940 à Dunkirk, dans l’état de New-York. Il était membre d’une fratrie de 13 enfants dont les parents, polonais d’origine, avaient émigré aux Etats-Unis au début du XXe siècle. En 1919, son père avait créé une entreprise de remorquage de véhicule et c’est dans ce contexte que s’est très tôt développé le goût d’Halicki pour la mécanique. Gamin, il piquait déjà des pièces dans l’atelier et le dépôt pour fabriquer sa première voiture !

Après la mort de deux de ses frères, il choisit de quitter à 15 ans le domicile familial pour émigrer en Californie, où il monte finalement son propre business de remorquage, à Gardena. En 1968, il est soupçonné d’appartenir à un cercle de maquilleurs de voitures avec trois autres lascars, mais il ne sera pas davantage inquiété. Selon la police, l’équipe piquait les modèles les plus modernes dans les aéroports de Los Angeles et San Francisco, et échangeait les pièces avec d’autres, légalement achetées dans des casses, avant de revendre les véhicules sur un terrain commercial à Inglewood…

Dans les années qui suivent, Halicki songe à une carrière dans le cinéma. Il rachète frénétiquement toute sortes d’autos aux enchères, des voitures de police, des camions de pompiers, des bus et des dizaines de voitures populaires. Puis il tente une première expérience en produisant « Love Me Deadly », un sérieux mais raté film d’épouvante sur la nécrophilie, en 1973. Amis du genre… Mais c’est sans attendre la fin de l’année, sans aucun script officiel à part une idée de base et quelques dialogues, avec un budget de $150,000 et plus de 200 autos issues de sa propre collection, qu’il commence à tourner « Gone in 60 seconds » dans les rues de Los Angeles.

Le synopsis ne doit rien au hasard : un patron de la drogue sud-américain contacte Maindrian « Vicinski » Pace (H.B. « Toby » Halicki), le leader d’un groupe de voleurs de voitures, et lui offre $400,000 afin qu’il lui fournisse 48 modèles très précis, tous codés par un prénom féminin, dans un délai de 5 jours… L’affaire semble bien se dérouler, le gang réussi à réunir presque toutes les autos de la liste, mais l’une d’entre-elles pose des problèmes. C’est une Mustang Mach 1 nommée Eleanor, sur laquelle il n’arrive pas à mettre définitivement la main. La troisième tentative paraît la bonne, quand une petite histoire de drogue et de vengeance sert alors à enclencher ce qui est le véritable but du film : la plus longue crash-poursuite automobile de l’histoire du cinéma, 40 minutes de destruction plus ou moins improvisée qui deviendront la référence de nombreux autres films, comme Les Blues Brothers par exemple.

Une seule Eleanor est utilisée pour toutes les prises. Le tournage s’effectue sur plusieurs semaines, la voiture est régulièrement réparée mais elle conserve toutes les marques de ses chocs. Halicki effectue toutes ses propres cascades et se blesse à au moins deux reprises. Sur Harbor Freeway à San Pedro, Eleanor est percutée sur l’arrière par une Cadillac qui ne devait pas être présente à ce moment, et la voiture s’enroule à plus de 150km/h autour d’un poteau métallique électrique, laissant « Toby » inconscient pendant de longues minutes. La suite tiendra compte de cet évènement et incorporera le fameux poteau dans les plans suivants. Sur la 190e rue à Redondo Beach, lors de la scène du saut d’Eleanor à 10 mètres au-dessus du sol, la vitesse était plus élevée que prévue et la réception se fit sur le nez de l’auto, manquant de la faire basculer en avant et laissant retomber son arrière-train comme un marteau sur l’enclume. La cabriole se solda par 10 vertèbres compressées. Par ailleurs, un autre acteur a bien failli être victime d’une erreur d’Halicki, et il ne doit sa vie qu’à un reflexe ultime. La scène, sur le parking de l’agence Mazda à Torrance, est conservée dans le film.

Il peut paraitre surprenant que rien de plus grave ne soit arrivé si on considère que le public n’était pas averti et croyait assister à une poursuite véritable, et on reste sidéré par la faisabilité d’un tel tournage si on lui appliquait les normes de sécurité actuelles. Toujours est-il que le film réalisa plus de $40M de recette (sans parler de la suite) et que le parcours exact d’Eleanor durant sa cavalcade fait aujourd’hui, lui aussi, l’objet d’un culte. Longtemps sous-estimé, ce premier long-métrage devint vraiment populaire lors de son remake en 2000, qui provoqua chez les amateurs de voitures anciennes un regain d’intérêt pour l’original. Car Halicki ne faisait des films de bagnoles que pour les bagnoles. Tout le reste n’était que prétexte.

Trois autres opus des aventures de Maindrian « Vicinski » Pace, et un documentaire, furent produits et réalisés par Halicki, toujours acteur-cascadeur. En 1982 dans The Junkman, qui est toujours détenteur du record du monde du nombre de véhicules détruits dans un film, il pulvérise plus de 250 voitures, camions, motos, avions ! En 1983, la trame exacte de son premier scénario est reprise dans « Deadline Auto Theft » mais le compte n’y est pas. « Toby » décide de lever le pied.

6 ans plus tard, il se marie et se lance dans la réalisation d’un véritable deuxième épisode de « Gone in 60 seconds ». En août 1989, l’équipe est sur les lieux d’une scène délicate qui prévoit l’effondrement d’un réservoir d’eau haut de 49m, heurté par un camion. Un des pieds de la tour avait été retiré et la structure était maintenue par un câble en acier attaché à des bulldozers, quand il rompit soudainement. Il fouetta un poteau téléphonique qui se renversa sur Halicki, lui causant un traumatisme dont il décèdera sur la route de l’hopital. Comment ne pas penser à cet autre poteau qui aurait déjà pu lui ôter la vie, sur le tournage du premier « Gone in 60 seconds » ?

Pour rembourser les autres producteurs et fournisseurs du film inachevé, Denice Halicki, sa femme, fit mettre aux enchères toute la collection de voitures et d’objets en 1992. Les locaux de la « H.B. Halicki Junkyard and Mercantile Company », Vermont Avenue à Gardena, ont attiré plus de 5000 visiteurs pour l’occasion et 100.000 pièces ont été vendues. L’ensemble fut rasé en 1995. Denice réussit à sécuriser quelques biens et devint garante des droits sur les films, ainsi que sur le nom d’Eleanor…

Plusieurs offres lui sont alors faites dans le but de produire un nouveau « Gone in 60 seconds ». Denice choisit finalement de travailler en tant que producteur exécutif avec Jerry Bruckheimer. La distribution des rôles affiche Nicolas Cage, Angelina Jolie, Robert Duvall. Mais il faut une nouvelle Eleanor. Unique Performance et Caroll Shelby, un préparateur réputé de Mustang, sont sélectionnés comme partenaires. Le résultat, c’est une GT500 exclusive qui fera du bruit. Car si Denice est bien propriétaire du nom Eleanor, de nombreuses copies illégales de cette version moderne ont vu le jour et une bataille de quatre ans sera nécessaire pour que soient reconnus ces droits.

Quant à la vraie Eleanor ? Elle roule encore. C’est Denice qui la possède. Son état de 1973 a été conservé, même si la tôle s’est couverte d’inscriptions publicitaires pour le film. Elle suscite une passion toute particulière parmi les autos célèbres, un mélange d’admiration, de respect et de confiance pour un objet qui s’est vu offrir une personnalité féminine de maîtresse-guerrière, rebelle et robuste, imprévisible, mystérieuse et dangereuse. Tout Halicki est là. Il pouvait être difficile de pénétrer dans ses locaux à Gardena, l’homme n’était pas forcément aimable s’il ne sentait pas immédiatement chez son interlocuteur la passion pour l’automobile. Mais une fois à l’intérieur, le visiteur découvrait ce qui passait pour être la plus importante collection des Etats-Unis : des dizaines de voitures et de camions, des motos et des vélos d’avant-guerre, des avions de l’époque de Lindbergh, des modèles réduits de trains, des armes, etc. Halicki disait fièrement qu’il avait placé chaque objet lui-même.

Honorons la mémoire d’un renégat : nous sommes le 13 mars 1984, on fête les 10 ans de « H.B. Halicki International Pictures » à Gardena, sur invitation uniquement. Un vol spécial en dirigeable au-dessus de la ville, en partenariat avec Goodyear Airship Operation, est prévu pendant toute la durée des festivités. Visite des studios, musique live, dancing, buffet à volonté, drink & fun au programme ! Sur le corps d’une Pontiac 1962 Tempest, au milieu des bunnies, est installé le bar. Qu’est-ce que tu bois ? C’est « Toby » qui régale.

www.gonein60seconds.com
en.wikipedia.org/wiki/H._B._Halicki
en.wikipedia.org/wiki/Gone_in_60_Seconds_(1974_film)
blogs.dailybreeze.com/history/2013/09/13...lm-and-a-phenomenon/
www.mustangandfords.com/news/1305-gone-in-60-seconds/
txgarage.com/2016/08/the-life-and-drives-of-h-b-halicki/
www.streetmusclemag.com/features/inside-...60-seconds-junkyard/









Le bar et la Pontiac 1962, en 1984 :



Le film entier en français :



La poursuite, en version originale :



La liste des autos que le gang doit fournir :

1 - 1974 Cadillac Fleetwood 75 - Marion
2 - 1974 Cadillac Fleetwood 75 - Barbara
3 - 1973 Cadillac Fleetwood 75 - Lindsey
4 - 1972 Cadillac Fleetwood 75 - Dianne
5 - 1971 Cadillac Fleetwood Seventy-Five - Nicole
6 - 1972 Cadillac Fleetwood Seventy-Five - Ruby
7 - 1972 Lincoln Continental - Julie
8 - 1971 Freightliner WFT 6364 - Frances
9 - 1973 Cadillac Coupe DeVille - Mary
10 - 1972 Mercedes-Benz 450SE - Joanne
11 - 1930 Hudson Motor Car Company - Beverly
12 - 1974 Cadillac Coupe DeVille - Patricia
13 - 1974 Lincoln Continental Mark IV - Ruth
14 - 1927 Citroën B14 Conduite - Elizabeth
15 - 1971 Rolls-Royce Silver Shadow - Terri
16 - 1924 Rolls-Royce Silver Ghost - Eileen
17 - 1972 Plymouth Barracuda - Susan
18 - 1970 Jaguar E-Type - Claudia
19 - 1959 Rolls-Royce Phantom V - Rosie
20 - 1970 Rolls-Royce Silver Shadow - Maria
21 - 1972 Ferrari Daytona 365 GTB/4 - Sharon
22 - 1970 Rolls-Royce Silver Shadow - Kathy
23 - 1953 Chrysler Coupe Elegance - Alice
24 - 1973 Cadillac Fleetwood Station Wagon - Leona
25 - 1971 Rolls-Royce Silver Shadow - Kelly
26 - 1971 Cadillac Eldorado - Nancy
27 - 1973 Jensen Interceptor - Betty
28 - 1971 Citroën SM - Patti
29 - 1962 Ferrari 340 America - Judy
30 - 1966 Rolls-Royce Silver Cloud II - Carey
31 - 1966 Rolls-Royce Silver Cloud III - Jackie
32 - 1973 Cadillac Eldorado - Laurie
33 - 1972 Maserati Ghibli Coupe - Sandy
34 - 1971 Chevrolet Vega - Christy
35 - 1969 Chevrolet Corvette Stingray - Michelle
36 - 1967 Lamborghini Miura - Tracy
37 - 1969 De Tomaso Mangusta - Marilyn
38 - 1971 De Tomaso Pantera - Maxine
39 - 1968 Intermeccanica Italia GFX - Lorna
40 - 1971 Chevrolet Corvette Stingray - Jean
41 - 1949 Ferrari V12 - Paula
42 - 1966 Lotus Europa S1 - Renee
43 - 1974 Manta Mirage - Annie
44 - 1971 Ford "Big Oly" Bronco - Janet
45 - 1972 Stutz Blackhawk - Karen
46 - 1957 Mercedes-Benz 300SL - Dorothy
47 - 1973 Stutz Blackhawk - Donna
48 - 1973 Ford Mustang - Eleanor
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • indienestmonnom
  • Portrait de indienestmonnom Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Moderateur
  • Moderateur
Plus d'informations
29 Sep 2017 14:05 - 16 Oct 2019 03:36 #3206 par indienestmonnom
indienestmonnom a répondu au sujet : Eleanor, mi amor
Les deux Eleanor, celle de 1973 et celle de 2000 :



Les modèles réduits :



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Sep 2017 19:14 #3207 par RedFish
RedFish a répondu au sujet : Eleanor, mi amor
Le remake avec Nicolas Cage est sympa :thumbup:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Sep 2017 18:38 - 30 Sep 2017 18:40 #3213 par Hudson
Hudson a répondu au sujet : Eleanor, mi amor
Merci pour toutes ces informations ;)

La poursuite avec une meilleure qualité d'image (et un son qui restitue mieux les envolées du V8)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Sep 2017 19:41 #3214 par topman
topman a répondu au sujet : Eleanor, mi amor
Je n'avais jamais vu cette version super .

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • indienestmonnom
  • Portrait de indienestmonnom Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Moderateur
  • Moderateur
Plus d'informations
01 Oct 2017 11:14 #3226 par indienestmonnom
indienestmonnom a répondu au sujet : Eleanor, mi amor
Merci pour cette version HD, :thumbup: On voit bien les détails et c'est un régal de retrouver tous ces modèles de voitures anciennes dans la circulation de l'époque. J'ai compté 2 Porsche à l'écran : la Targa zilber de Roland et le coupé rouge du redfish. ;)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Mai 2018 11:38 - 14 Mai 2018 14:51 #4449 par Garrigues
Garrigues a répondu au sujet : Eleanor, mi amor
petit bonus dans le thème, avec Porsche ;)

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: indienestmonnom

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • indienestmonnom
  • Portrait de indienestmonnom Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Moderateur
  • Moderateur
Plus d'informations
14 Mai 2018 13:14 #4457 par indienestmonnom
indienestmonnom a répondu au sujet : Eleanor, mi amor
Promo poufiassée et bodybuildée... :rofl: Dommage, la route n'est pas top comme paysage. Mais c'est quand même une sacrée bagnole ! :P :thumbup:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Mai 2018 21:45 - 18 Mai 2018 21:51 #4500 par enten bürzel
enten bürzel a répondu au sujet : Eleanor, mi amor
Etonnant, dans l'extrait V.O. de Hudson, on voit parmi les nombreuses voitures Européennes, une 404 et une Renault Floride....

Le parc auto US est nettement moins varié de nos jours...

Un beau moment de cinoche.....Je prends mes pop corn et je savoure..... Merci

J'ai toujours pensé que je terminerais mon parcours d'amateur de moteurs en me peaufinant un V8 tonitruant et rageur....Alors, je pourrais lâcher la rampe avec le sentiment du devoir accompli...:evil:

RD

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • indienestmonnom
  • Portrait de indienestmonnom Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Moderateur
  • Moderateur
Plus d'informations
19 Mai 2018 06:44 #4503 par indienestmonnom
indienestmonnom a répondu au sujet : Eleanor, mi amor

enten bürzel écrit: J'ai toujours pensé que je terminerais mon parcours d'amateur de moteurs en me peaufinant un V8 tonitruant et rageur....


Pareil. On peut aussi envisager une Corvette ou une TransAm... :)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.